Installation solaire collective de la copropriété les Hauts de Puymaure à Gap

Installation solaire, production ECS

La copropriété des Hauts de Puymaure a choisi en 2007 de réhabiliter son système de production de chauffage et d'eau chaude sanitaire (ECS).
Il a été installé à cette occasion un système de production à partir du gaz naturel pour le chauffage qui vient aussi en appoint du système solaire collectif pour la production d'eau chaude sanitaire.
La copropriété est constituée d'un seul bâtiment qui comporte 77 logements.

L'ancienne installation fonctionnait au fioul. La réhabilitation et le changement d'énergie associé avaient pour but de réduire la facture énergétique de la copropriété et d'utiliser des énergies (gaz naturel, solaire) moins émettrices en gaz à effet de serre que le fioul.

Les 112 m² de panneaux solaires se trouvent en toiture terrasse et sont donc posés sur un châssis.
Ils ne se voient pas depuis le sol.
Une installation solaire sur châssis en toiture terrasse laisse une marge de manœuvre pour orienter et incliner au mieux les panneaux solaires pour une productivité maximale. Il convient toutefois de tenir compte des contraintes liées à la fixation des panneaux.

La consommation d'eau réelle est moindre que ce qui a été prévu initialement, cela a pour conséquence de faire baisser la production unitaire des panneaux (voir explication dans descriptif technique).

Elément original de la démarche, la cuve fioul de 50 000 litres a été nettoyée, dégazée, désinfectée et sert aujourd'hui de réserve d'eau pour l'arrosage.

Localisation

Description Technique

Système solaire
• Capteurs plans Giordano
• Surface capteurs = 112 m²
• Orientation : Sud
• Inclinaison : 45°
• Stockage ECS = 6 000 litres (3 ballons de 2 000 litres)
• Jaquettes isolante des ballons = 5 cm de laine de roche avec constante de refroidissement évaluée à 0,073 Wh/(l.K.j).
• 75 logements
• Energie d'appoint : gaz via 2 préparateurs d'ECS de marque Viessmann, modèle Verticell.

Production théorique
• Consommation d'eau prévue = 2 190 m3
• Besoin annuels calculés = 115 161 kWh/an
• Apports solaires utiles = 73 846 kWh/an
• Production unitaire des panneaux = 659 kWh/an
• Taux de couverture calculé = 65%

Production réelle
• Consommation d'eau réelle = 1 700 m3 soit 25% de moins que celle prévue
• Besoins annuels réels = 89 400 kWh/an
• Apports solaires utiles = 44 700 kWh/an
• Productivité unitaire des panneaux = 399 kWh/an
• Taux de couverture solaire réel = 50 – 55 %.

Il existe des écarts entre l'étude et la production réelle :
• sur les besoins en eau chaude sanitaire : cet écart provient du fait que les besoins en ECS ont été surestimés dans l'étude initiale. Cela a aussi pour conséquence d'abaisser le taux de production unitaire des panneaux solaires : la surface totale est surdimensionnée ce qui entraine une production par unité de surface plus faible que ce qu'elle pourrait être. D'où l'intérêt de faire des mesures de consommations lorsque c'est possible avant d'installer de nouveaux systèmes.
• le taux de couverture réel est plus faible que celui annoncé. Il est possible que les besoins énergétiques pour le maintien en température aient été sous-estimés au moment de l'élaboration du projet et donc des consommations supplémentaires sont nécessaires pour le bon fonctionnement de l'installation.

Caractéristiques économiques

Investissement
• 126 528 €HT (TVA 5.5%) soit 133 487 €TTC

Financement
• Conseil Général : 10 000 euros
• ADEME + Conseil Régional : 40 000 euros

Amortissement de l'installation solaire pour la production d'ECS avec augmentation du coût de l'énergie :
Amortissement avec aides et subventions (hors emprunt) = 11,9 ans avec les hypothèses suivantes :
• une consommation initiale d'environ 9 800 litres de fioul à 1,00 €/litre (5% d'augmentation/an) soit 0,10 €/kWh
• une consommation actuelle d'appoint d'environ 48 500 kWh de gaz naturel à 0,086 €/kWh (2,5% d'augmentation/an).

Garantie de résultat solaire
Il existe une garantie de résultat solaire permettant d'assurer le maître d'ouvrage du bon fonctionnement de l'installation (voir glossaire).

Les acteurs du projet

• Maître d'ouvrage : copropriété les Haut de Puymaure
• Maître d'œuvre : Sogetha (étude, installation, exploitation)
• Bureau d'étude : VRI ingénierie

L'avis du maitre d'ouvrage

Michel Chardon, Président de la SAS Sogetha, morceaux choisis :
« Malgré la taille importante de la copropriété, le syndic est bénévole. Et c'est, ce dernier qui a été moteur pour la mise en place d'une installation solaire pour la production d'eau chaude sanitaire, c'est à souligner.

« Il est nécessaire de banaliser l'énergie solaire et ne pas en faire une exception, cela doit entrer des les mœurs et devenir naturel d'en installer lors de rénovations ou de constructions neuves lorsque cela est opportun. »

« La consommation d'eau est moindre que ce que l'étude prévoyait d'où l'intérêt de faire des mesures de consommations lorsque c'est possible avant d'installer de nouveaux systèmes pour éviter de les surdimensionner. »

Les points clefs

• Mesurer les consommations réelles d'eau.
• Ne pas surdimensionner l'installation au risque d'abaisser la production unitaire (ou le rendement global) des panneaux.
• Avoir suffisamment d'espace en chaufferie pour l'installation du système de stockage de l'ECS (ballon tampon).et du système d'appoint.
• Coût de l'énergie solaire faible en comparaison des autres énergies dépense annuelle faible (voir lien : Argus des énergies / AJENA)
• Pour la production d'eau chaude sanitaire solaire, avoir une toiture ou une surface au sol bien orientée permettant une maximisation de la production.
• Une installation solaire sur châssis en toiture terrasse laisse une large de manœuvre pour orienter et incliner au mieux les panneaux solaires pour une productivité maximale (l'architecture du toit du bâtiment impose des contraintes à prendre en compte dans l'installation de panneaux sur châssis).

Présent dans les catégories : Solaire thermique | Particuliers / co-propriété