Optimisation de l’éclairage public à Barret-sur-Méouge

Extinction nocturne de l’éclairage public de la commune

Depuis 2011, la commune de Barret-sur-Méouge, qui comprend 250 habitants, éteint son éclairage public pendant la nuit.

L'extinction de la totalité des 78 points d'éclairage du réseau a lieu de 23h30 à 5h du matin.

L'originalité de l'action ne réside pas tant dans l'extinction de la lumière mais plutôt dans le processus qui a conduit à sa mise en place.
En effet lorsque l'idée a été proposée, un référendum a été organisé pour solliciter la population et connaître son opinion sur la question.

L'objectif était à la fois de demander l'avis des habitant(e)s et, par la même occasion, de les sensibiliser sur les questions de maitrise de l'énergie.
75% des électeurs se sont exprimés et 60% d'entre eux ont votés pour l'extinction de l'éclairage public.

Avant la mesure, la commune consommait 92€ par habitant et par an pour le poste d'éclairage public. Après mise en œuvre de l'extinction, la commune ne consomme plus que 41 € par an et par habitant pour ce même poste.

Localisation

Description Technique

Le réseau comporte 78 points d'éclairage.
L'extinction a lieu de 23h30 à 5h du matin.

Caractéristiques économiques

Budget annuel de la commune : 260 000 €
Economie générée par l'extinction : 5 000 €/an au global selon les calculs de la commune.

Les acteurs du projet

  • Le conseil municipal
  • Les habitants consultés par référendum

L'avis du maitre d'ouvrage

La commune de Baret-sur-Méouge est le maitre d'ouvrage du projet. Extraits de l'entretien avec M. Lagier, Maire de de la commune :

 

Un support de sensibilisation et de concertation

« Comme pour le projet de la pico centrale qui a été installée sur notre commune en 2011, nous voulions que cette mesure d'extinction de l'éclairage fasse tâche d'huile. Nous voulions donner envie à d'autres collectivités d'y réfléchir, et pour ce faire, les élus en ont beaucoup parlé autour d'eux, il y a eu des articles dans les journaux et les brochures locales. »

« Le projet a été aussi un support de communication et de sensibilisation important, notamment au travers de la consultation de la population via un référendum. C'est ce dernier qui a rendu le projet très original. Au final, on a eu 75% de participation et 60% de voix pour l'extinction de l'éclairage. »

« Lors des débats préalables des questions de sécurité ont été évoquées par des habitant(e)s. Les discussions avec le Maire ont permis de répondre aux questions posées par l'extinction des lumières sur ce domaine et aujourd'hui personne ne se plaint de la mesure qui permet de remettre en valeur le ciel et de diminuer la pollution lumineuse, fléau important de nos villes. »

 

Aspects financiers

« Coté financier, cette mesure nous permet d'économiser 5 000 € / an, ce qui n'est pas négligeable pour un budget global de 260 k€.

 

Les autres projets de la commune

« Cette mesure s'accompagne de deux autres projets de maitrise de l'énergie sur la commune, le premier étant la pico centrale hydroélectrique installée sur le réseau d'eau potable en 2000 et le second étant une chaufferie bois qui alimentera la mairie, l'école, l'auberge et 3 appartements. »

D'autres territoires ont éteint leur éclairage public en raison du coût que celui-ci représente et qui ne cesse d'augmenter du fait de la hausse du prix de l'énergie).
Il existe aussi certains territoires ou cette pratique existe depuis fort longtemps. M. le Maire cite l'exemple du territoire qui recouvre approximativement le PNR de la Haute Vallée de Chevreuse aujourd'hui, où depuis l'arrivée de l'électricité en 1930, les lumières sont éteintes durant une partie de la nuit. »

Les points clefs

  • Consultation et sensibilisation de la population
  • Communication et « propagation » aux collectivités voisines
Présent dans les catégories : Actions des collectivités | Maîtrise de l'énergie