GAEC Saint-Roch à Bénévent

Installation bois automatique et solaire photovoltaïque, production de viande bio

Le GAEC de Saint-Roch regroupe 2 exploitations. L'une se trouve à proximité de Gap, l'autre à Bénévent. C'est sur cette dernière que se porte le présent focus. L'activité principale de l'exploitation de Bénévent est l'élevage ovin (celle de Gap est plus spécialisée dans l'élevage de bovins), avec un cheptels d'environ 350 brebis et agneaux destinés à produire de la viande labellisé bio. La zone de chalandise est importante puisque l'exploitation vend en direct de la viande bio et livre de Marseille à Lyon ! Les exploitants, Paul DAVIN (Bénévent) et Damien ORCIÈRES (Gap), ont menés plusieurs opérations en faveur d'un développement plus soutenable de leur activité agricole. Sur le site de Bénévent plusieurs opérations ont été menée afin de réduire l'impact environnemental :

• 2 installations solaire PV pour la production d'électricité le tout en autofinancement via fonds propres et emprunts. (1 installation sur la bergerie en 2010 l'autre le hangar de la maison en 2012)

• Installation bois déchiqueté automatique pour la production de chaleur et réseau de chaleur pour l'alimentation de 2 maisons. Le bois déchiqueté est en partie autoproduit.

• Production et vente de viandes bio (bœufs, veaux, agneaux fermiers)

Localisation

Description Technique

Installations solaire PV Bergerie

  •  Puissance crête : 63 kWc
  •  Production annuelle estimée : 89 000 kWh
  •  Durée annuelle équivalente de fonctionnement à pleine puissance : 1500 heures/an  Technologie : polycristallin
  •  Marque : SCHOTT
  •  Année de mise en service : 2010

Installations solaire PV Maison 

  • Puissance crête = 29 kWc
  • Production annuelle estimée = 41 000 kWh
  • Durée annuelle équivalente de fonctionnement à pleine puissance = 1450 heures/an Technologie : polycristallin
  • Marque : SCHOTT
  • Année de mise en service : 2012

Chaudière bois déchiqueté

  • Puissance chaudière : 55kW
  • Réseau de chaleur alimentant 2 maisons
  • Surfaces chauffées totales : 350 m² environ
  • Longueur du réseau de chaleur : 55 m
  • Ballon tampon de 300 litres
  • Décendrage : 1 fois par semaine
  • Consommation moyenne annuelle : 80 à 100 m3 de bois déchiqueté (ou MAP) / an  Origine du bois : autoproduction + achat à la scierie du Motty.
  • Mise en route : hiver 2009

Caractéristiques économiques

Solaire PV

Pas d'aide à l'installation : le tout a été autofinancé sur fonds propres et emprunts.

Bergerie

  •  Investissement : 280 000 €
  • Tarif de vente : 62 c€

Maison

  • Investissement : 100 000 €
  • Adaptation transformateur : 20 000 €
  • Tarif de vente : 40 c€ Chaufferie bois

Chaufferie bois

  • Coût installation chaudière : 32 000 €
  • Réseau de chaleur : 8 000 €
  • Le silo a été réalisé en auto-construction par le GAEC. Son coût n'a pas été estimé.  
  • Crédit d'impôt : 10 000 €
  • Aide CG05 : 1 200 € 
  • Aide Région PACA : 1 500 €
  • Prix d'achat du bois déchiqueté : environ 22€ /m3

Les acteurs du projet

Maitre d'ouvrage : GAEC Bénévent

Installateur solaire PV : CUEILLEURS D'ENERGIES / M. Aye 

Provenance du bois déchiqueté : Autoproduction + Scierie du Motty

L'avis du maitre d'ouvrage

Entretien réalisé avec M. Davin Paul

Vers une autonomie alimentaire pour la bergerie

« Nous essayons de tendre vers l'autonomie alimentaire pour nourrir les animaux. Nous produisons nos céréales (avoine, luzerne triticale, orge). Aujourd'hui nous achetons seulement un peu de maïs bio. »

Origine du projet de chauffage au bois et fonctionnement au quotidien

« C'est l'envol de notre facture énergétique qui nous a poussé à réfléchir à une autre source de chaleur. Avant on passait 4 à 5 m3 de fioul/an pour se chauffer soit 4 000 à 5000 €/an à 1€ le litre de fioul ! »

« Le prix du fioul étant devenu si important et possédant du bois sur notre exploitation, nous avons fait le choix de passer au bois énergie pour nous chauffer. »

« Aujourd'hui nous sommes très contents de ce choix car le passage à la chaufferie bois à considérablement réduit notre facture énergétique. De plus elle fonctionne bien, il faut simplement prendre garde au fonctionnement du système d'acheminement du bois déchiqueté où certains morceaux de bois restent quelquefois coincés. »

« Pour l'instant, nous n'avons pas de hangar de stockage : on coupe le bois sur pied en forêt, on le rassemble, on le laisse sécher, puis on le broie. On devrait faire l'inverse et avoir un hangar de stockage : on devrait broyer le bois d'abord et le laisser sécher ensuite car le bois vert se broie mieux que le bois sec et on préserverait ainsi les machines. »

Origine des projets PV.

« Toutes les installations solaires photovoltaïques ont été autofinancées, nous n'avons pas eu d'aides financières pour leur installation. Il a donc fallu réfléchir pour réduire les coûts. Pour cela nous avons saisi les opportunités qui se présentaient à nous à savoir les réfections / réaménagements des toitures (2010 pour la bergerie et 2012 pour la maison) pour mettre en place les champs photovoltaïques. Les surfaces solaires se substituant à la toiture classique (intégration architecturale au bâti totale), le coût est réduit car il convient de déduire le coût de la surface de toiture équivalente qu'il aurait fallu poser. »

Des obstacles pour le solaire PV

« Le moratoire* sur le photovoltaïque, instauré en décembre 2010, a induit des difficultés sur la mise en place des installations solaires PV, notamment des variations sur les possibilités de puissance à installer, les coûts d'installation et surtout le prix de vente d'électricité. Par exemple le prix de vente de notre électricité sur la première installation était de 62c€/kWh alors que la plus récente, post moratoire était de 40 c€/kWh. »

« D'autre part, des problèmes techniques se sont ajoutés aux contraintes du moratoire. ErDF était passé avant l'installation du second champ photovoltaïque (celui sur la maison) et a indiqué que le transformateur à proximité était dimensionné pour accueillir cette seconde connexion de champs solaires. Le coût estimé de la connexion était alors de 800€. Ensuite il s'est avéré que le transformateur n'était pas adapté et le nouveau montant pour son changement a été estimé à 20 000 € ! Puisque nous voulions notre deuxième installation, nous avons fait le choix de faire cet investissement. »

*Un moratoire est un dispositif qui permet de suspendre une décision légale ou un décret. Un moratoire sur le photovoltaïque a été instauré en décembre 2010. Il concerne les installations supérieures à 3 kWc ayant reçu leur acceptation de raccordement après le 2 décembre 2010. Pour ces installations, l'obligation de rachat de l'électricité a été suspendue puis rétablie en mars 2011. De nouveaux tarifs ont été établis, variant en fonction de la date d'acceptation de raccordement, de l'usage du bâtiment, de la puissance installée, de l'intégration au bâti ...

 

Les points clefs

Bois énergie

  • Avoir suffisamment d'espace en chaufferie pour l'installation d'une chaudière bois et du stockage du bois déchiqueté.

Solaire PV

  • Avoir une toiture ou une surface au sol bien orientée permettant une maximisation de la production.
  • Dimensionner correctement les systèmes et s'assurer que le réseau électrique proche (transformateur etc.) puisse accueillir l'installation sans trop de modifications (et donc de surcoûts).
Présent dans les catégories : Agriculture | Solaire photovoltaïque | Bois déchiqueté