Régie Bois Energie d’Embrun

Chaufferie et Réseau de chaleur bois énergie

Présentation résumée du projet

  • La chaufferie et le réseau alimentent une vingtaine de bâtiments : bâtiments communaux et publics comme des logements ou des locaux professionnels
  • Il existe deux chaudières bois pour alimenter le réseau.
  • Le réseau de chaleur a été construit en 2 temps : projet initial en 2010 et extension en 2012.
  • Maîtrise d'ouvrage, propriétaire et gestionnaire du réseau : la Régie Bois Energie Municipale créée le 1er janvier 2010.
  • La chaufferie principale et le hangar de stockage se trouvent à côté de la gare.
  • En 2013, la chaufferie a atteint sa limite de puissance. Il n'est plus possible de raccorder de nouveaux points de consommations sauf à réduire la puissance d'appel par des opérations de sobriété et d'efficacité énergétique dans les bâtiments déjà raccordés.

 

Historique
(Informations et format issu de la communication de la Régie Bois d'Embrun) :

  • 2002 : premières réflexions autour d'un projet Bois Energie
  • 2005 : étude de faisabilité
  • 2006 : obtention des financements
  • 2007-2009 : établissement du projet
  • Fin 2009-septembre 2010 : travaux
  • Octobre 2010 : mise en service de la chaufferie
  • 2011-2012 : étude du projet d'extension
  • 2012 : travaux extension

 

Au-delà du bénéfice environnemental et économique, une gestion locale...
La commune d'Embrun a été à l'initiative de cette démarche de création de chaufferie et de réseau de chaleur au bois. Elle alimente en chaleur ses propres bâtiments mais aussi d'autres établissements publics ainsi que des bâtiments privés (copropriétés voisines) qui souhaitent se connecter.
Le volume de chaleur vendue en dehors des bâtiments communaux étant conséquent, les lourds investissements à engager, ainsi que le souhait de garder le contrôle du projet, ont conduit à dissocier les fonctionnements juridiques et économiques du réseau de chaleur de ceux de la commune.
Il a alors été choisi de fonctionner en EPIC (Etablissement Public à caractère Industriel et Commercial), statut qui permet de répondre aux besoins identifiés :

  • Professionnalisation : l'activité vente de chaleur est « un métier à part entière ».
  • Sécurisation financière : distinguer les comptes de la commune et ceux du projet.
  • Garder la maîtrise du fonctionnement de la Régie et de son développement.

Cette régie a été créée en 2010.
Du fait de son statut indépendant (personnalité morale et autonomie financière), le budget de la régie doit être équilibré. Le Conseil d'Administration est désigné par le Conseil Municipal, il comporte des élus comme des personnes physiques ou morales partenaires ou encore des clients du réseau de chaleur (OPH, hôpital)

 

... et une ambition plus large que le seul intérêt communal
La commune souhaite garder la maîtrise pour plusieurs principes et effets vertueux:

  • Mettre en œuvre des énergies renouvelables ce qui a pour conséquence le développement économique de la filière bois locale
  • Assurer les prix les plus bas à ses utilisateurs.

La communauté de communes de l'Embrunais a mis en place une plateforme Bois Energie (dans la zone d'activité bois de Pralong). Cela assure pour la collectivité l'approvisionnement et participe à l'organisation de la filière.

 

Les énergies renouvelables créatrices de richesses locales.
Outre la création d'activité économique sur le territoire autour de la filière bois, le réseau de chaleur a créé de l'emploi direct sur la commune. La mise à disposition d'agents communaux et d'emplois privés pour assurer la gestion, la comptabilité de la Régie et l'entretien des chaudières bois représentent 1,2 équivalents temps plein (ETP).

Un paradoxe à gérer : réduction des besoins énergétiques contre optimisation du réseau de chaleur.
Fidèle au principe négaWatt* : 1/ sobriété, 2/ efficacité, 3/ énergies renouvelables, les gestionnaires/propriétaires des bâtiments connectés au réseau de chaleur sont encouragés à réaliser des économies d'énergie en gérant mieux les températures, en adoptant des comportements plus économes ou encore en isolant leur patrimoine bâti. Il s'en suit une réduction des besoins et de la puissance nécessaire pour chauffer les bâtiments.
Or, pour que le réseau soit économiquement viable, il est nécessaire qu'il soit exploité à sa pleine puissance et a donc été dimensionné en ce sens à l'état initial.
La réponse qui a été apportée a été la possibilité d'avoir un réseau extensible. Dès lors que de la puissance est de nouveau disponible, de nouveaux bâtiments peuvent être connectés au réseau.

_________________________________________

*Principe négaWatt : 1/ sobriété, 2/ efficacité, 3/ énergies renouvelables : avant de dimensionner les systèmes de chauffage, ventilation, climatisation, production d'eau chaude sanitaire, il est nécessaire de réduire les besoins en énergie.
Cette approche est adoptée sur les bâtiments du réseau de chaleur.

Localisation

Description Technique

Caractéristiques du système de production de chaleur :

  • Chaudières bois Muller + racleurs
  • Puissance Bois = 1,6 et 1,1 MW
  • Puissance fioul de secours = 2,5 MW
  • Réseau de chaleur = 2 200 mL de longueur dont 1 200 mL pour la 1ère tranche et 1 000 mL pour l'extension
  • Volume utile du silo = 200 m3
  • Approvisionnement 3 fois par semaine en plein hiver, 4 à 7 jours en moyenne.
  • Consommation annuelle estimée à 1 800 tonnes. 1 200 tonnes pour les 2 premiers hivers, puis 1800 tonnes à partir de 2013 (respectivement 4 950 m3 et 3 960 m3 de bois déchiqueté)
  • Production estimée à 2 200 MWh/an
  • Filtration des poussières de fumées : multicyclone sur chaque chaudière (>225 mg/Nm3)
  • Mise en place d'un électrofiltre sur la chaudière la plus récente pour anticiper la future réglementation de 2017 à savoir une quantité de poussière inférieure à 50 mg/Nm3.
  • Production de cendre : 9 m3
  • Emissions de CO2 évitées = 607 tonnes/an
  • Emissions de SO2 évitées = 3 tonnes /an

Seuls 9 m3 de cendres sont produits par an. Au regard de la quantité de bois brûlé cela est un bon indicateur de la performance des systèmes : cela indique une combustion complète et donc un rendement élevé.

 

Bâtiments desservis :

Des bâtiments communaux et publics:

  • les 3 écoles primaires et maternelles,
  • le boulodrome,
  • la salle des fêtes,
  • le restaurant scolaire,
  • le centre des impôts,
  • la maison de Pays
  • la cité scolaire mixte Honoré Romane

Des logements :

  • 190 logements sociaux (5 ensembles gérés par l'OPAH 05 et IRA)
  • 100 logements dans trois copropriétés privées
  • Une maison individuelle

Des activités économiques :

  • La banque La Caisse d'Epargne
  • La Banque postale

D'autres raccordements sont en attentes pour d'éventuelles futures connexions.
Par ailleurs, des compteurs individuels ont été mis en place pour que la facture soit payée au prorata des consommations de chacun. Les compteurs sont relevés tous les mois.
Les contrats passés avec les clients ont une durée de 20 ans. L'avantage net pour eux est qu'ils n'ont pas du tout besoin de s'occuper de leur installation de chauffage. C'est la Régie qui gère l'ensemble du réseau y compris l'entretien des sous-stations chez chacun des clients (l'équivalent de la chaudière) et de fait ces derniers n'ont plus à se soucier pour l'approvisionnement en combustible.

 

Toiture photovoltaïque
Il s'agit d'une opération annexe au réseau bois énergie. La construction d'une chaufferie et d'un hangar de stockage a été l'occasion d'installer une centrale solaire photovoltaïque.
L'objectif était double. Le premier a été d'avoir un bilan nul d'un point de vue énergétique sur une année de fonctionnement c'est-à-dire que la centrale photovoltaïque produise autant d'électricité que la chaufferie en consomme. Le second objectif était de sécuriser économiquement les différents projets puisque les panneaux solaires génèrent une vente annuelle moyenne de 49 000 € d'électricité.

Cette installation PV et son rôle ayant étés pensés dès le début du projet, il a été possible de l'intégrer dans le projet global.
Cela a réduit son coût car venant en substitution d'une toiture qu'il aurait de toute façon fallu construire. D'autre part, son intégration au bâti a permis d'optimiser le prix de vente de l'électricité produite.

  • Puissance crête installée : 69 kWc
  • Surface : 600 m² de panneaux polycristallins
  • Production : 101 000 kWh/an

Caractéristiques économiques

Investissement Bois Energie

  • Coût total de l'opération : 2 900 000 €HT dont 2 500 000 €HT de travaux
  • La première tranche a coûté : 2 000 000 €HT
  • La seconde tranche (l'extension) : 900 000 €HT

 

Financement Bois Energie
Subventions et aides à hauteur de 54% du montant global du projet décomposé comme suit :

  • FEDER : 20%
  • ADEME : 24%
  • Conseil Régional PACA : 9%
  • Conseil Général Hautes-Alpes : 1%

 

Tarifs de vente de chaleur

  • Prix moyen de vente de la chaleur = 90 €TTC / MWh
  • Comparativement, le prix du fioul est de 105 à 110 €TTC / MWh en tenant compte des rendements moyens d'un système équivalent au fioul.
  • Augmentation moyenne pour les saisons de chauffe 2011 / 2012 et 2012 / 2013 : environ 2 à 3%/an.

 

Fonctionnement
500 000 €HT sont nécessaires pour le fonctionnement de la chaufferie et du réseau, achat de combustible, entretien et maintenance, personnels mis à disposition, charges financières, etc.

De ce fait, non seulement :

  1. des énergies renouvelables sont utilisées en vue de la préservation de l'environnement
  2. le coût du bois énergie est moindre qu'une autre énergie classique, économiquement attractif et plus stable
  3. et de plus, il y a création d'emplois locaux : socialement et économiquement vertueux

 

Données économiques de la toiture photovoltaïque :

  • Investissement : 500 000 €HT
  • Aides : 126 000 € soit 25% du montant car la toiture PV a été lauréate de l'appel à projet 2009 du programme FREE.
  • Une vente annuelle moyenne de 49 000 € d'électricité
  • Amortissement : 11 ans.

Les acteurs du projet


Maître d'ouvrage = Régie Bois Energie

Maitre d'œuvre

  • Ingénierie = ADRET, C.Mannent, P. Mermier et APREC
  • Bureau de contrôle : SOCOTEC

Entreprises :

  • Terrassement VRD Gros-œuvre = ALLAMANNO SA
  • Installation chaudière automatique MULLER
  • Chauffage-plomberie : LAVIGNA SA
  • Electricité : SCARA et Cie
  • Régulation : PERDIGON Energies Services
  • Métallerie : PELLER SA
  • Contrat de maintenance réseau : PERDIGON Energies Services
  • Contrat de maintenance chaudière : MULLER

L'avis du maitre d'ouvrage

Entretien avec Véronique Buisson Bournat, Responsable de la Régie Bois Energie

Origine du projet
« L'idée d'une chaufferie bois a germé en 2002. Les systèmes de chauffage de plusieurs bâtiments arrivaient en fin de vie (les écoles, le boulodrome, le stade de foot etc.).
Une note d'opportunité a été réalisée par la COFOR 05 ce qui nous a permis de constater la faisabilité technique d'une part et que la filière Bois Énergie n'était pas encore suffisamment bien structurée à ce moment-là pour répondre à un tel besoin d'autre part.
Il y avait donc une convergence possible entre les besoins de rénovation des systèmes de production de chaleur de nos bâtiments et une opportunité à saisir pour développer la filière bois locale ! »

 

Un projet recueillant l'adhésion de tous
« Pour lancer un projet de cette ampleur, il a fallu convaincre, aussi bien en interne, à la commune d'Embrun, qu'en externe : futurs raccordés, riverains, etc. Nous avons dû rassurer sur les craintes associés à ce type de projets : production de fumées importantes, pollution, nuisances des camions, etc. »

 

Une opportunité plus large que la seule limite de la commune
« Le rôle des collectivités locales est, d'une part, d'être exemplaire, et d'autre part, d'initier des projets de territoire. Le projet de réseau de chaleur d'Embrun a permis d'amorcer la création de la filière bois énergie qui aujourd'hui bénéficie à d'autres structures et d'autres collectivités sur le bassin embrunais. »

 

Quelques commentaires techniques
« Pour qu'un réseau de chaleur fonctionne bien, il est nécessaire qu'il y ait un minimum de consommations, même en intersaison, pour que les rendements des systèmes de production ne soient pas trop dégradés. De ce point de vue il était intéressant de connecter des logements qui ont un besoin de chaleur un peu plus régulier que les équipements publics. »
« La mise en place de plusieurs chaudières permet aussi d'optimiser le fonctionnement. En plein hiver les 2 chaudières fonctionnent à plein régime, tandis qu'à l'intersaison seule l'une d'entre elle fonctionne car l'appel de puissance est moindre. »

 

Quelques commentaires des agents techniques de la collectivité chargés du suivi et de l'entretien de la chaufferie

« Nous sommes intéressés à travailler sur ces chaufferies bois avec toutes les implications que cela comporte : d'une aprt c'est bon pour l'environnement et d'autre part c'est motivant pour nous aussi car c'est un projet innovant. Cela nous change du quotidien : il faut réfléchir, s'adapter. Il y a souvent de nouvelles choses à apprendre, de nouvelles questions à gérer. »

Les points clefs

• Avoir une ressource bois suffisante
• L'exemplarité que se doivent de montrer les collectivités
• Une motivation et un enthousiasme des élus et services techniques pour un projet innovant et valorisant