Réseau de chaleur communal de Guillestre

Réseau de chaleur bois alimentant plusieurs bâtiments publics et un immeuble de logements privés sur le territoire de la commune.

Déclenché par la réhabilitation BBC et « Bâtiment Durable Méditerranéen niveau Or » de son école et par le projet de construction d'un gymnase pour le collège des Hautes Vallées par le Conseil Général des Hautes-Alpes, la commune de Guillestre a lancé en 2011 le projet de réalisation d'un réseau de chaleur communal.

Le réseau de chaleur achevé en 2012 est alimenté en bois déchiqueté depuis la plateforme ONF de Veynes et répond aux besoins de chauffage de plusieurs bâtiments publics ainsi que ceux de la Poste et d'une copropriété de 24 logements.

Localisation

Description Technique

Contexte, gestion et approvisionnement

  • Première saison de chauffe : hiver 2012/2013.
  • Bâtiments desservis : un collège, le futur gymnase du collège, une maison de retraite (gérée en EPAHD), deux écoles, la mairie, la trésorerie publique, la poste, les locaux de la Communauté de Communes du Guillestrois et une copropriété de 26 logements : « Les 3 Vallées ».
  • Approvisionnement en bois déchiqueté : plateforme ONF de Veynes et menuiserie Chabrand (Ceillac)
  • En régie directe par les services techniques municipaux avec une astreinte déléguée la nuit et le week-end

 

Caractéristiques de la chaufferie

  • Puissance de la chaufferie bois : 1 MW plus une chaudière fuel de secours de 1,8 MW
  • 750 tonnes de bois livrées par an lors d'une saison pleine, 1 à 2 livraisons par semaine
  • Production de chaleur : 2 475 000 kWh/an
  • Décendrage toutes les trois semaines

 

Caractéristiques de réseau de chaleur

  • 600 mètres de réseau pour alimenter tous les bâtiments
  • Durée des travaux pour réaliser le réseau de chaleur et la chaufferie : 1 an.
  • La commune est propriétaire du réseau jusqu'à l'échangeur à plaque (ce qui correspond au réseau primaire), ce qui abaisse l'investissement pour les utilisateurs se raccordant au réseau.

Caractéristiques économiques

Investissement

  • Investissements total initial : 1 720 000 €
  • 58% de subventions (Europe Programme FEDER, Région PACA, CG05)

Les différentes simulations de connexion au réseau ont été faites avec un coût du fioul en 2012 de 90 c€ / litre. Le calcul d'amortissement réalisé sur cette base montrait un projet équilibré financièrement à ce niveau. On constate que début 2013 le prix du fioul est plus élevé et qu'il va continuer à augmenter, ce qui renforce la pertinence financière du projet.Coût pour l'utilisateur : 66 €TTC par kW de puissance souscrite et 5 c€ par kWh consommés. Ce système permet de limiter la part variable du coût : en effet l'abonnement représente près de la moitié du montant annuel de la facture énergétique et, est a priori stable dans le temps - contrairement à un schéma classique dans lequel l'abonnement ne représente qu'un faible pourcentage de la facture énergétique.

Le financement a été une question importante car les subventions nécessaires étaient accordées mais la commune ne disposait pas de la trésorerie suffisante pour réaliser les travaux (les subventions arrivant après). La commune a donc contracté un emprunt et a également dû négocier avec les banques pour avoir une ligne de trésorerie (découvert autorisé) en attendant le versement des subventions.

 

Coût pour l'utilisateur

  • 66 €TTC par kW de puissance souscrite
  • 5 c€ par kWh consommés.

Ce système permet de limiter la part variable du coût : en effet l'abonnement représente près de la moitié du montant annuel de la facture énergétique et, est a priori stable dans le temps - contrairement à un schéma classique dans lequel l'abonnement ne représente qu'un faible pourcentage de la facture énergétique.

 

Les acteurs du projet

  • Maître d'ouvrage : Commune de Guillestre
  • Maître d'œuvre : Bureau d'études ADRET + Les services techniques de la commune
  • L'association des communes forestières, COFOR 05
  • Approvisionnement en bois déchiqueté : plateforme ONF de Veynes et menuiserie Chabrand (Ceillac)

L'avis du maitre d'ouvrage

Le lancement du projet

« Avec le programme AGIR pour l'énergie de la Région PACA dans lequel nous sommes engagés, la commune se sent le devoir d'être exemplaire. C'est la réalisation de l'école BBC et BDM Or, ainsi que le projet de gymnase du conseil général qui ont mis au grand jour la pertinence de la réalisation d'un réseau de chaleur communal. Au lancement du projet une note d'opportunité a été réalisée avec la COFOR (Association des Communes Forestières). Les délais ont été très courts, tout s'est fait très vite en raison d'opportunités à saisir. Nous avons également été aidés par la Ville d'Embrun, qui a elle aussi son réseau de chaleur et qui nous a fait profité de ses retours d'expérience très importants. »

« Depuis le lancement du projet, l'équipe des services techniques a été impliquée. Le projet est innovant, motivant, valorisant... Les services techniques se sont montrés intéressés, volontaires sur ce projet. 4 agents ont été formés au fonctionnement de la chaudière. Ils passent tous les jours s'assurer du de son bon fonctionnement et sont chargés du petit entretien. Ils ont appris à détecter certaines pannes. C'est une nouvelle activité qui permet de diversifier leur travail même si le suivi est parfois lourd en temps, en l'absence de recrutement supplémentaire. »

« Au moment de la réalisation de l'étude, les riverains ont été sollicités par lettre et entretien pour voir s'ils voulaient se connecter au réseau. 20 à 30 riverains étaient concernés, 2 sont allés plus loin mais n'ont pas donné suite car ils ne souhaitaient pas s'engager sur 20 ans et les autres n'étaient soient pas motivés, soient il s'avérait au moment de l'étude que le raccordement n'était pas opportun ou trop couteux pour eux. L'OPH05 gestionnaire de 2 immeubles de logements sociaux, potentiellement connectables au réseau de chaleur et inclus dans l'étude de faisabilité a fait marche arrière estimant que le cout de l'énergie était trop élevé pour leurs locataires. Si on avait voulu connecter d'autres bâtiments communaux, il aurait fallu deux chaufferies car certains ne sont pas situés sur la même zone. Il a été fait le choix de ne faire qu'une seule chaufferie. »

 

Organisation et fonctionnement

« Il a été décidé de gérer la chaufferie et le réseau de chaleur en régie interne et non en délégation de service public afin de garder le contrôle et une gestion optimale pour la commune et les usagers. C'est une régie avec un « budget annexe » : elle appartient à la commune mais elle a une autonomie financière afin de pouvoir différencier la comptabilité et avoir un retour d'informations économiques précis sur le projet. A ce propos, il serait utile de construire un indice basé sur le prix de la plaquette et non du fioul. »
« Concernant les nuisances dues à l'approvisionnement de la chaufferie, nous n'aurons besoin que de 1 ou 2 camions par semaine au plus froid de l'hiver, il n'y aura donc pas de noria incessante de camions. D'autre part la chaudière se situe en périphérie de la commune, les camions ne traversent donc pas la ville pour l'alimenter »

 

Les écueils
« La première saison de chauffe a nécessité plusieurs adaptations techniques, une prise en main de "l'outil". Par exemple, nous avons passé plusieurs jours à rechercher une panne qui, au final, était une vanne 3 voies qui était montée à l'envers.
Lors d'une intervention sur la chaudière, le fabriquant a fait le constat que le système fonctionnait correctement mais qu'il y avait une perte de rendement de 10% liée à un problème de ventilateur d'extraction des fumées.

 

L'approvisionnement en Bois Energie
Le manque d'approvisionnement local en bois déchiqueté nous oblige à le transporter depuis Veynes. Nous espérons que la structuration de la filière bois sur le Guillestrois/Queyras permettra d'améliorer cette situation"

Les points clefs

  • L'exemplarité que se doit de montrer la collectivité
  • Une motivation et un enthousiasme des services techniques pour un projet innovant et valorisant
  • Une synergie avec les projets de rénovation BBC de l'école et de construction d'un gymnase.
  • Une organisation en régie afin de garder un contrôle total sur la gestion.
  • Les retours d'expérience d'un projet similaire (réseau de chaleur de la ville d'Embrun, COFOR)
Présent dans les catégories : Actions des collectivités | Bois déchiqueté